...
Galerie
Jeudi 8 mars
20h00
Lecture-performance
Samedi 10 mars
17h00
Mardi 20 mars
19h00
(en partenariat avec le festival Hors Limite)
Mardi 27 mars
12h00
(Dans le cadre des rencontres Texto, en partenariat avec le festival Hors Limites)
Dimanche 8 avril
15h00
Mardi 10 avril
20h00
Vous ne comprenez rien à la Lune
CRÉATION 2018
Orin Camus
Chorégraphe
Alice Zeniter
Écrivain

Ils sont douze à avoir posé le pied sur la Lune. La plupart d'entre eux ont ensuite continué leur carrière à la NASA, auréolés de cette gloire si particulière. Ils ont fait le tour du monde pour donner des conférences traduites dans toutes les langues imaginables. Certains se sont lancés dans la politique.

Mais à son retour sur Terre, Neil Amstrong est retourné vivre dans sa ferme familiale et a systématiquement refusé de répondre aux interviews. Il a déclaré « Je ne mérite pas toute cette attention ».

Buzz Aldrin a traversé de longues années de dépression et d'alcoolisme. Il a été interné plusieurs fois.

Edgar Mitchell et James Irwin ont sombré dans un mysticisme qui confine à la folie : Irwin est parti à la recherche des restes de l'Arche de Noé sur le Mont Ararat, Mitchell supplie le gouvernement américain de dire enfin toute la vérité sur les extraterrestres de Roswell.

Que s'est-il passé là-haut ?

 

À travers les corps et les mots, en convoquant la danse, le récit, et les scénettes, Orin Camus et Alice Zeniter explorent ce que peut être le rapport des astronautes à la Lune, à cette immensité de l'espace qui ne vient qu'après des années de répétitions et de confinement. Ils interrogent aussi la possibilité de vivre ce voyage dans les étoiles comme une expérience mystique ou romantique dans l'Amérique hystérique des années 60 et de la guerre froide. Ils se demandent ce qu'on peut faire après avoir marché sur la Lune.

 

 

 

Orin Camus passe son enfance entouré d’artistes danseurs et musiciens. Il se forme à la danse grâce à divers stages et une pratique régulière dans l’école de ses parents, s’éveille à la musique par la batterie et le scratch, à l’acrobatie et la jonglerie au Pop-Circus d’Auch. Il étudie ensuite la danse classique au Conservatoire de Toulouse, pratique la danse hip hop après les cours et découvre la danse contemporaine, qui selon lui est un art plein, un patchwork de tout ce qu’il a goûté jusqu’alors. C’est ainsi qu’il intègre en l’an 2000 le CNDC d'Angers, où il parfait sa formation et aiguise son goût pour une danse contemporaine improvisée et physiquement engagée.

En 2002, Orin entame sa carrière professionnelle auprès de divers chorégraphes dont Paco Décina et Valérie Rivière, en parallèle il chorégraphie au sein du Collectif CdansC durant sept ans. En 2012 il créé avec Chloé Hernandez, l’association Yma, compagnie de danse contemporaine et résidence de création basée en Lot et Garonne. Ils conçoivent cinq pièces chorégraphiques dont le solo «L’Homme Assis» en 2012 et «Les pétitions du corps» pièce pour six danseurs en 2016. Ils organisent deux éditions du festival « Les Arts Maniacs » à Mézin.

 

Alice Zeniter publie à 16 ans son premier roman Deux moins un égal zéro, suivi quelques années plus tard de Jusque dans nos bras (Albin Michel, 2010). Le succès de son troisième roman, Sombre Dimanche, prix du livre Inter en 2013, lui permet d'arrêter les petits boulots alimentaires. Elle trouve ainsi le temps d'écrire De qui aurais-je crainte avec le photographe Raphaël Neal (éditions du Bec en l'air), Juste avant l'Oubli (Flammarion), prix Renaudot des lycéens 2015, puis l'Art de perdre en 2017, prix Goncourt des lycéens. Elle continue à mettre en scène et à écrire pour le théâtre au sein de sa compagnie l'Entente Cordiale : Un Ours of cOurse, spectacle musical jeunesse, paru depuis en livre-CD (Actes Sud Junior), L'Homme est la seule erreur de la création et Passer par dessus bord.

 

Coproduction / commande du festival concordan(s)e, Le Phare, Centre chorégraphique national du Havre, Communauté d’agglomération de Marne et Gondoire, Parc culturel de Rentilly – Michel Chartier, avec le soutien de la Bibliothèque de Vincennes et de la Ville de Mézin.

 

 

Partager Facebook Twitter