Yann Lheureux / chorégraphe
François Beaune / écrivain

Brutality will prevail

« Brutality will prevail s’est imposé comme à la fois le thème et le titre de ce projet. Brutalité de la religion et des lanières de cuir de prière et des tapis synthétiques, brutalité de l’Etat et de sa police, brutalité de la solitude du fou, brutalité des slogans et des danses primitives réinventées par le monde binaire des pauvres riches, brutalité des images reçues par devers soi, à l’ouverture des mails, brutalité des check-points, des guérites, frontières d’armes entre nos minuscules Etats-nation, brutalité des cours de danse classique sur fond de piano, conférences brutales, exploits inutiles, viols, obésités, drogues.
Brutalité des contrastes urbains, entre cités, jardins, bouts de pierre palestiniens, marseillais, dyonisiens, brutalité de la ville des hommes qui dorment morts et des autres qui circulent l’air vivants.
Mais la brutalité se niche aussi à des endroits où on ne l’attend, dans la naissance, la caresse, le fond d’un verre, l’absence de portable...
THE BRUTAL est tout cela, un pas de danse hardcore qui se résume au fait de piétiner sur soi-même, un sautillement d’espoir. »

Yann Lheureux

Yann Lheureux débute sa carrière de danseur en 1986, en créant des spectacles de rue de danse Hip-Hop. Il obtient en 1987 et 1988, le « Premier prix international sol » (Turin et Béthune) lors des Rencontres Chorégraphiques de la Fédération Française de Danse. Diplomé en Body Mind Centering (Amberst / USA), Yann Lheureux intervient en tant que formateur et dirige des stages et laboratoires de recherche auprès de nombreux publics, en France et à l’étranger.
De 1990 à 1994, il travaille dans les compagnies Monbin Danse, Sylvie Deluz, M.Dooge, C.Sapin, Didier Théron. De 1995 à 1998, il collabore au projet de Philippe Saire et Hervé Diasnas… Lors de performances, il danse avec Emmanuel Grivet, Mark Thompkins, Urs Stauffer, Vera Mantero, Thierry Baë, Mathilde Monnier, Julyen Hamilton, Barre Philips…
En 1994, la Compagnie Yann Lheureux est créée et celle-ci investit l’Atelier à Montpellier. Cette implantation amorce sa structuration ainsi que le questionnement artistique de Yann Lheureux concernant les croisements d’écriture et les liens entre identité et territoire. Des thèmes qui seront dés lors déclinés sous différentes formes et dans toutes ses créations.

François Beaune

François Beaune est né en 1978 à Clermont-Ferrand et réside actuellement entre Lyon et Marseille (résidence La Marelle, Friche Belle de mai). Il est l’auteur d’Un homme louche, paru en septembre 2009 aux éditions Verticales (Folio, avril 2011).
Parmi toutes ses activités « louches », François Beaune a fondé une revue d’art (Louche), un spectacle de cabaret intitulé Le Majestic Louche Palace (créé en juillet 2010 aux Subsistances à Lyon), un site de détournement de coupures de presse Loucheactu et soutient vigoureusement le blog d’un certain Jacques Dauphin. Son dernier roman, Un ange noir, est paru en septembre 2011 aux éditions Verticales.
La mécanique des hommes reportage de François Beaune pour Arte Radio. A écouter sur le site internet d’Arte Radio.
Depuis décembre 2011, parti en quête « d’Histoires vraies de Méditerranée », en partenariat avec Marseille-Provence 2013, François Beaune tient ici même un journal de bord de son périple d’un an dans douze ports méditerranéens, ainsi qu’une bibliothèque évolutive archivant à mesure ces Histoires Vraies sous forme textuelle et audio-visuelle. Autre étape du projet, en octobre 2013, un recueil de ces récits paraîtra chez Verticales, sous le titre La Lune dans le puits, recueil agencé, digressé, parasité, expliqué, enchevêtré et indexé par François Beaune lui-même.


Production  : commande du festival concordan(s)e
Résidence de création : La Fondation Camargo – Cassis. Atelier 783 – Nantes.

Edition 9 / 11 mars - 16 avril 2015

retour haut de page