Maria Donato D’Urso / chorégraphe
Sophie Loizeau / écrivain

Pleine peau - strata études

Sur un écran-peau projeter les mots et par cet acte renouer avec le parchemin, la peau tannée, support premier de l’écriture. Comme la peau, l’écran est sensible, sujet aux vibrations, il tressaille, il palpite, il est capable de se distordre et d’épouser. Membrane entre intérieur et extérieur à nous. Avec la peau s’explorent des qualités de présence. Des tissus élastiques, qui interagissent avec la lumière et la projection de mots et qui se déforment avec les mouvements de Donata, seront les éléments du dispositif ou les medium distincts se confondent et désorientent, comme des strates qui composent l’image des nos perceptions.

Vers et phrases de Sophie – vers dans la phrase et vers purs – ondulent sur la membrane pendante et mobile de l’écran. Le corps de Donata passe dans le texte lui-même, vient perturber la lecture. Aux mouvements du corps répond la plasticité du texte : sens et non-sens / lisibilité et trouble / tout et fragment.

Maria Donata D’Urso et Sophie Loizeau

Maria Donato D’Urso, chorégraphe

Maria Donata d´Urso, directrice artistique, chorégraphe vit et travaille à Paris. Elle a étudié l´architecture, la danse classique, la danse contemporaine, l´énergétique chinoise à Catane, Roma, New York et Paris. Participe aux créations de Paco Decina, Jean Gaudin, Hubert Colas, Francesca Lattuada, Arnold Pasquier, Marco Berrettini, Christian Rizzo, Wolf Ka_respublica.
En 1999, elle crée Pezzo 0, installation en plein air, inspiré de la rencontre avec Laurent Goldring.
En 2004, elle constitue la structure, disorienta, pour y développer ses projets personnels : des soli épurés, minimaux, où sont interrogées et réinventées les composantes spatiales habituelles. Son attention se porte sur les lieux limites, absence/présence, dedans/ dehors et les surfaces ambiguës, celles de la peau, celles effleurées par le regard.
Créations disorienta : triptyque de la peau ; Pezzo 0 (due) créés et présentés à Lisbonne en 2002.
Collection particulière, créée et présentée aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis en juin 2005. Ce solo a reçu le Prix du Syndicat Professionnel de la critique comme révélation de l´année.
Lapsus, créé et présenté au festival Météores au Havre en mai 2007.
MemBrain strata 1, crée et présenté à Paris, aux Rencontres Chorégraphique Internationales de Seine-Saint-Denis en mai 2009.

Sophie Loizeau, écrivain

Sophie Loizeau vit à Versailles. Elle est titulaire d’un DEA de Lettres Modernes et, après avoir été enseignante, exerce actuellement la profession de psychologue à l’Education nationale.

Elle a publié :
 Albine, (livre collectif, Trois lettres faisant suite au roman inachevé de George Sand), L’ACT MEM / Fonds Comp’Act, 2005 
Environs du bouc, L’ACT MEM / Fonds Comp’Act, 2005 (prix Yvan Goll) - La Nue-bête, L’ACT MEM / Fonds Comp’Act, 2004 (bourse Poncetton de la Société des Gens de Lettres et prix Georges Perros 2006) - Le Corps saisonnier, Le Dé bleu, 2001 
Bergamonstres (livre qui regroupe La Nue-bête et Environs du bouc) L’ACT MEM, 2008, et en 2009 vient de paraître La Femme lit, Flammarion.

Elle a également de nombreuses parutions dans des revues de littérature et de poésie et a écrit des livres en partenariat avec des artistes peintres et compositeurs.
Sophie Loizeau participe à des lectures publiques en France et à l’étranger, des consultations poétiques, des ateliers d’écriture, des spectacles poétiques.
Sophie Loizeau a dirigé le volume 5-6 de la revue Passages à l’Act, consacré à Pascal Quignard, paru en octobre 2008.


Conception, chorégraphie, interprétation : Maria Donata D’urso
Texte et voix  : Sophie Loizeau
Lumière : Maryse Gauthier
Vidéo : Wolf Ka
Son : Felix Perdreau
Tissu de morphogenèse : Veronika Gross

Production  : commande du festival concordan(s)e avec le soutien de L’échangeur de Fère en Tardenois et du CENTQUATRE pour La mise à disposition de studios.

Edition 4 / 7 au 17 avril 2010

retour haut de page