Louise Desbrusses / écrivain
autour de l’écriture chorégraphique de Deborah Hay

I think not

Quelle est l’invisible performance du corps de l’écrivain dont le texte est la trace, se demandait Louise Desbrusses quand elle a rencontré l’écriture chorégraphique de Deborah Hay ? Et si l’on plongeait le corps de l’écrivaine dans l’écriture de la chorégraphe ? s’est demandé Louise Desbrusses qui adapte et interprète « I think not », solo chorégraphié par Deborah Hay dans le cadre du Solo Performance Commissioning Project (SPCP 2011).

Parce que l’esprit du SPCP ne se révèle jamais aussi bien que lorsque plusieurs adaptations sont présentées, Stephanie Moitrel, danseuse et chorégraphe (Cie L’éclaboussée) présentera sa propre version du solo.

Musique Hilary Jeffery.

Louise Desbrusses, écrivain

Louise Desbrusses est l’auteure de deux romans L’argent L’urgence (P.O.L, 2006) qui rencontre un grand succès auprès du public et de la critique et Couronnes Boucliers Armures (P.O.L, 2007) distingué par une mention spéciale du prix Wepler, de nouvelles, poésies, pièces (Toute tentative d’autobiographie serait vaine, Lansmann éditeur, 2009) et d’essais publiés par la revue Inculte en 2009-2010 sous le titre : «  du corps (&) de l’écrit  » ; un questionnement sur les rôles « du corps (donc) et de l’écriture (donc) ; de l’un dans l’autre (donc) et réciproquement ».

Deborah Hay

Interprète chez Cunningham dans les années 1960, membre du célèbre Judson Dance Theater, dès 1970, Deborah Hay élabore sa propre pratique se risquant toujours à de nouvelles modalités de création. Longtemps son travail est conçu uniquement pour ceux qui exécutent la partition. En 1976, s’installant à Austin (Texas), elle développe des ateliers où les observations colligées lors de ces périodes de formation donnent lieu à des solos devenus son mode d’écriture privilégié. En 1998, la chorégraphe élabore le SPCP, instituant depuis, et chaque année, un atelier où elle peaufine une pratique de la conscience méditative du corps.


Musique composée au studio du GRM (Paris) par Hilary Jeffery, lauréat de la résidence internationale Ville de Paris/Institut français aux Récollets pour ce projet.

Edition 6 / 23 mars - 12 avril 2012

retour haut de page