Hélène Iratchet / chorégraphe
Pauline Klein / écrivain

Socle

Je suis heureuse qu’on se soit rencontrées, parce que pour la première fois, la vision que j’ai de la réalité va s’incarner. J’ai toujours écrit en oubliant mon corps, en le mettant de côté, en tentant de prendre du recul au point d’extraire toute cette vie là de mon travail. Et ce qui est étrange, c’est que tu n’es pas non plus le contraire de ça. Tu ne m’as pas forcée à faire des pliés maladroits, nous avons passé un temps fou à rigoler ensemble, parce que le corps nous fait rire. C’est comme si nous n’y croyions pas tout à fait, à ce corps qui minaude, qui séduit, qui se met en scène. Tu as cette distance, ce regard, cet humour, tu décortiques les maladresses, les faux pas, les à côtés du corps, tu ne le mets pas toujours en valeurs, tu ne le prends pas au premier degrés. Tu ne fais pas la chorégraphe. On a voulu le masquer, l’humilier un peu, jouer avec ce langage qui s’écoute, ressembler à des femmes qui l’assumeraient en se trompant d’objet, se déguiser comme des adultes, et mimer la vie qu’un corps aurait s’il était trop conscient de lui même.

Hélène Iratchet

Hélène Iratchet se forme successivement au Conservatoire et au Centre de développement chorégraphique de Toulouse, puis au Merce Cunningham Studio à New York. Elle s’intéresse particulièrement à l’improvisation, qu’elle perfectionne auprès de Julyen Hamilton, Katie Duck, Patricia Kuypers, Mark Tompkins, Marco Berrettini… Elle est interprète pour les créations Showroomdummies et Stéréotypie de Gisèle Vienne et Etienne Bideau-Rey, participe à la pièce En enfer de Thierry Bédart, danse dans la création Soit le puits… de Christian Rizzo.
Elle crée un solo autour de l’oeuvre de l’écrivain américain Richard Brautigan pour le Printemps de Septembre en 2004, puis entre en 2005 au Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Depuis octobre 2007 elle est en résidence au Vivat d’Armentières où elle a créé le duo Jack in the Box . En 2009, elle est également l’interprète auprès de Thierry Baë dans Tout ceci n’est pas vrai.

Pauline Klein

Pauline Klein est née en 1976, elle a étudié la philosophie à la Sorbonne puis l’esthétique, pour finalement entrer à la St Martin’s School à Londres. Elle débute sa carrière professionnelle dans le milieu de l’art contemporain, d’abord chez Anthony d’Offay à Londres, puis à New York, dans une galerie spécialisée dans les œuvres d’Andy Warhol. En 2001, elle revient en France où elle travaille à la galerie du jour auprès d’Agnès b., puis avec Sonia Rykiel avec qui elle développe les projets culturels de la maison. A cette période, elle commence l’écriture de son premier roman : Alice Kahn (éditions Allia en 2010), et reçoit les Prix Fénéon et Murat, « un roman Français pour l’Italie ». En 2012, elle publie Fermer l’œil de la nuit (éditions Allia). Pauline Klein collabore à des expositions en tant qu’artiste, et à des magazines, et à l’écriture de pièces de théâtre, de catalogues d’expositions…


Résidences de création :
Le Pacifique CDC - Grenoble, La CCAS - Aussois

Edition 8 / 6 mars - 8 avril 2014

retour haut de page