Andréa Sitter / chorégraphe
Frédéric Forte / écrivain

Posaune, fantasmagorie

Posaune, un personnage.
Posaune est une femme, Posaune est un homme.
Posaune, une idée, un objet de pensée (mais surtout pas un (ou une) trombone*).

Andrea Sitter et Frédéric Forte, de Posaune, savent tout ou ne savent rien.
Ils l’attendent, ils lui parlent, élaborent pour l’accueillir un curieux protocole de cérémonie.
Si ce sont des enfants, on peut dire qu’ils jouent avec le plus grand sérieux du monde.
Ils cherchent et nous invitent à chercher avec eux.

Posaune est peut-être venu(e) il y a longtemps et puis est reparti(e)
ou bien
Posaune ne viendra jamais
ou bien
Posaune va arriver d’un instant à l’autre
ou bien
Posaune a toujours été là, de toute éternité.

Cette pièce, créée par une danseuse et un poète, est donc en réalité un trio.
Avec textes lyriques / mécaniques, chorégraphie millimétrée, objets, musique.

* Posaune, nom féminin allemand signifiant "trombone".

Andréa Sitter, chorégraphe

Andrea Sitter danseuse, violoniste, comédienne, poète, performeuse et chorégraphe allemande s’est formée en danse classique puis en danse contemporaine. Elle a travaillé pour Herbert von Karajan, J. Russillo, A.-M. Reynaud, O. Azagury, D. Boivin, J. Gaudin et F. Raffinot…. Elle a également été danseuse, chorégraphe et comédienne avec Jean-Louis Hourdin, Eugène Durif et Catherine Beau, Mehmet Ulusoy, Luc Ferrari et Jean-Marie Maddeddu.

Andrea Sitter commence à chorégraphier en 1995, puis crée sa compagnie "Die Donau" en 2005.

Son répertoire actuel comporte sept soli où ses propres textes ont une place importante. Récemment elle a conçu un spectacle avec enfants et une chorégraphie pour 14 danseurs du CCN-Ballet de Lorraine, sur l’histoire de la danse. Elle a enseigné dans diverses écoles de théâtre à Paris, à la Szkola Baletowa de Poznan, au CCN d’Orléans-Josef Nadj, au CND. Sa technique d’origine est le classique et sa pratique quotidienne s’appuie sur le travail de Peter Goss et de Wayne Byars.

Frédéric Forte, écrivain

Frédéric Forte est membre de l’Oulipo depuis mars 2005. Il est né en 1973 à Toulouse et vit à Paris. Il a découvert les Exercices de style de Raymond Queneau à l’âge de 12 ans et a le souvenir très net du mot « Oulipo » lu pour la première fois dans un manuel à cette occasion. Quelques années plus tard, il joue de la basse électrique dans un groupe de rock. À partir de 1999, il écrit de la poésie. Sur les conseils de Jacques Jouet, il envoie ses manuscrits aux éditions de l’Attente qui publient en 2002 Discographie et Banzuke puis en 2004 N/S, livre de poèmes bilingues écrit avec Ian Monk. En janvier 2005, Opéras-minute est publié au Théâtre Typographique. C’est avec son éditrice, Bénédicte Vilgrain, qu’il traduit quelques-un des Anagrammgedichte de Oskar Pastior publiés en 2008 sous le titre de 21 poèmes-anagrammes d’après Hebel. De septembre 2009 à juin 2010, il se consacre à la résidence d’écriture poète<=>public.

commande du festival concordanse 2013, avec le soutien du CCN du Havre Haute Normandie (résidence de création).




Lecture-performance et rencontre avec le public à la Librairie Le Genre Urbain - Paris

Edition 7 / 11 mars - 28 avril 2013

retour haut de page